43,2 millions d’hectolitres, c’est le niveau de récolte prévue pour la France en 2016, soit 10 % de moins que la récolte 2015 et 6 % de moins que la moyenne des récoltes des cinq dernières années… Malgré les nombreux épisodes climatiques qui ont frappé le vignoble cette année, les bonnes conditions de ces dernières semaines ont permis de revoir légèrement à la hausse les prévisions. En Europe, même constat, avec une production de vin estimée en baisse de 4,8 % par rapport à 2015 selon la Commission Européenne.

- 34 % de récolte par rapport à 2015 en Bourgogne, – 31% dans le Val de Loire, – 20% en Charentes ou encore -23 % en Champagne… En 2016, de nombreux aléas climatiques comme le gel, la grêle le mildiou ou encore le botrytis sont venus réduire la récolte nationale à un niveau largement inférieur à celui de 2015 (-10 %) et à la moyenne des cinq dernières années (-6%). Des prévisions tout de même revues légèrement à la hausse au 1er novembre par Agreste, le service statistique du Ministère de l’agriculture, suite notamment aux bonne conditions climatiques de la fin de l’été.

Par rapport à la moyenne quinquennale, les estimations de récoltes sont respectivement en baisse de 28 % pour la Champagne, 27 % dans le Val de Loire, 19 % en Bourgogne-Beaujolais et 12 % dans les Charentes. Dans le Languedoc Roussillon, c’est la sécheresse qui a atteint le vignoble à la fin de l’été avec une récolte prévue en baisse de 10% par rapport à 2015 et de 8 % par rapport aux cinq dernières années. Le reste du vignoble a été plus épargné par les épisodes climatiques voire même pour certaines régions, ont profité des bonnes conditions de ces dernières semaines. Dans les Côtes du-Rhône et le sud-est, le niveau de récolte est conforme à la moyenne quinquennale et la qualité au rendez-vous. D’autres vignobles tirent même leur épingle du jeu. Les vignobles bordelais et alsacien voient leur potentiel de production augmenter respectivement de 12 % et 10 % par rapport aux récoltes des 5 dernières années. A Bordeaux et plus généralement dans le Sud-Ouest, les vignes ont profité de belles conditions météorologiques (canicule cet été puis pluie à la mi-septembre). Enfin, pour les vignobles de Savoie et du Jura, les récoltes devraient se situer dans la moyenne quinquennale, voire légèrement supérieures.

Ailleurs en Europe, les prévisions sont aussi contrastées que dans l’hexagone. Dans l’UE à 28,  la production de vin est estimée en baisse de 4,3% par rapport à 2015 selon la Commission mais seulement en légère baisse de 1 % par rapport la moyenne quinquennale des récoltes. Partout les récoltes sont en baisse. Le Portugal  prévoit des vendanges en baisse de 20 % par rapport à 2015 et de 10 % par rapport aux 5 dernières années avec 5,6 millions d’hectolitres. En Allemagne la récolte est estimée à 8,4 millions d’hectolitres en baisse de 4 % par rapport à 2015 et de 6% par rapport à la moyenne quinquennale. L’Espagne devrait conserver son niveau de récolte de 2015 avec une production estimée à 42 millions d’hectolitres. Seule exception, l’Italie qui après des vendanges 2015 plus compliquées, devrait retrouver sa place de 1er producteur de vin dans le monde en volume avec une récolte estimée à 50,2 millions d’hectolitres au 15 septembre selon la Commission Européenne.